Ville absurde

Kaziwa Raim

Une société à trois niveaux.


Sur les trottoirs, des femmes vulnérables, des hommes rongés, des enfants ignorés. Sous les toits, des femmes fatiguées, des hommes aliénés, des enfants abrutis. Entre deux, des femmes cupides, des hommes immoraux, des enfants arrogants.

Sur les trottoirs, le froid, la faim, la peur. Sous les toits, les corvées, le boulot, l’ennui. Entre deux, le faste, les privilèges, le confort.

Sur les trottoirs, on meurt tous les jours. Sous les toits, on travaille tous les jours. Entre deux, on jouit tous les jours.


Et pourtant, le silence règne. On devine bien un grondement, mais rien ne vient.
Au loin, on aurait entendu un vague : « Il va pleuvoir ».
FacebookPDF