Un répit Un silence

Chantal Godé-Victor

Un répit Un silence
Un arc entre deux rives
Un avoir déposé en attente de l'ombre
Un pli dans ton regard
qui s'étonne le soir
L'oiseau se barricade
un monceau de brindilles
en guise de parade
Tu parles tu te mesures
à la pâleur du jour
qui tombe sur la mer.
Elle frissonne au vent
et si parfois elle hurle
c'est juste pour éprouver quiconque
lui cherche noise.
Au fond, elle est sûre d'elle-même.
La mer serait-elle mère
de tes aubes fragiles,
tu porterais tes nuits avec légèreté.
FacebookPDF