Sœur

Marie-José Astre-Démoulin

Une sœur,
ça vous embarque dans la rondeur d’un S
qui susurre la complexité de ses méandres,
Une sœur,
ça vous emprisonne dans la ligature d’un O et d’un E noués
tels deux fœtus au sein d’un même bain placentaire,
Une sœur,
ça vous rassure dans le berceau d’un U
aux bras grands ouverts vers le ciel,
Une sœur,
c’est au bout du mot, au coin du bois,
la hache tranchante d’un R dressé en sentinelle,
sans que l’on sache s’il est là pour chasser l’ennemi
ou vous trancher la tête.
Cœur du mystère.
FacebookPDF