diesel

Faustine Richebourg

Le soir
Chasse
Mon dé
sespoir
Quand
Les néons
Sont rouges
Je suis prête
Je bouge
Tombent comme le feu
Des gouttes exquises qui peu à peu
Réchauffent et sourient une bouche qui souffre
Des lèvres rouges s’ouvrent sans effort, spirituelles
Qu’il est dur et ennuyeux de vivre sans elles
Que le temps est lent si le soleil est dans le ciel
Alors comme la liberté je ne la regarde pas
ma montre qui un jour neuf heures affichera
Je me chargerai du puissant carburant : le diesel de sang
Dix heures viendra et je danserai et je sourirai
S’ouvrira pour moi le temps délicieux
De l’ivresse et des délices vicieux
Car la croix n’est jamais loin
Et pour ceux qui ne regardent que le haut
Et pour les autres qui ne regardent que le bas
Surgit souvent, non pas le diable mais son enfant
D’une flamme raisonnable et de cornes modérées
Qui ne dictent que des facéties raisonnées
Qui sonnent révolution aux Don Quichotte triomphants
Je vous suivrai et vous aimerai Che d'une nuit
Car même douce, folie jamais ne me nuit
FacebookPDF