Accroché aux étoiles

Lena Rossel

Accroché aux étoiles il s’en va acrobate des cieux et parcourt le monde tout en sifflotant sa mélodie pour le jour où il verra la lune / chemin fait de goudron de vapeur et de chutes d’eau vive claire comme cette matinée de pluie grise au printemps passé / un nuage l’arrête au détour d’un trou noir il contemple le vide cet abysse où il sait qu’il finira une fois et pour toujours / terrifiant mais il continue son chemin traverse les ceintures d’astéroïdes et les planètes gazeuses trottine et cherche la fin de son voyage sans jamais se demander s’il a bien éteint les plaques en partant / cette pensée floue le suit comme un petit chien limier sans jamais se dévoiler tout à fait se cache derrière les poteaux électriques et les supernovae / finalement le rattrape lui saute à la gorge et alors tout explose tout se colore / il rit si fort que les trous de verre en tremblent de joie et décident qu’après tout ils pourraient bien eux aussi s’établir tranquillement au fond d’une galaxie élever des cochons d’Inde / lui continue à rire longtemps bien longtemps après que sa maison ait explosé en mille débris de verre et de plastique et que sa machine à café se soit enfuie avec le premier robot aspirateur venu / si longtemps que le vide s’est étendu jusqu’à lui et l’enlace de son étreinte si douce et froide / et enfin / il la voit et son rire se chante lentement pour la lune éternelle.
FacebookPDF