Moment de « rien »

Hadrien Gomez

Vous initiâtes cette bise qui de court me prit. Ces mots m’en ramènent les images à l’esprit, et ces dernières font taire les premiers, me laissant à nouveau seul face à vos traits exquis.

Il me fallut une demi-seconde avant de m’élancer à mon tour pour vous répondre, comme le veut la coutume. Je passais sur votre gauche d’abord, offrant brièvement ma joue au contact de la vôtre. Puis, l’espace d’un retrait, je fus à nouveau ébloui par la beauté de votre figure tout entière, avant de m’engager sur votre droite, joue en avant. Et c’est à cet instant que cela se produisit. Au moment où nos peaux se touchaient, mes lèvres goûtèrent, sans préméditation aucune, à la subtile douceur d’un versant de votre oreille. Prestement, nous nous refîmes face, avant d’achever le rituel par une deuxième touche à votre gauche, conforme cette fois.

Ma dame, ce fut un moment de « rien ». Ni vous ni moi ne feignîmes même de remarquer qu’il existât. Et pourtant, ma dame, impossible pour moi d’oublier cette rencontre, cette minuscule intimité partagée. Je la ramène périodiquement à mon esprit, non pas par péché d’ivresse, mais pour mieux l’admirer, jamais las de la contempler, elle qui ne devait être et qui, pourtant, fut.
FacebookPDF