Tragédie

Bastien Racca

Une brume d’asphalte légère
La chaleur orangée du réverbère
L’eau de la nuit fait briller ses gouttes
Je l’aime
Sans doute

Sa silhouette d’onde atmosphère
Est trahie par la flamme éphémère
Et sa blanche fumée qui envoute
Je l’aime
Sans doute

Ses cheveux de feu des yeux fougueux
Son cœur bat de tous les maux des cieux
Sauf du bonheur dont elle est absoute
Je l’aime
Sans doute

Mais l’humble obscurité s’abandonne
A la vive clarté qui rayonne
La clope repose sur la route
Je l’ai aimée
Sans doute
FacebookPDF