L'Inconscience du poète

Rafaël Deville

I

Ridicule
les pieds brulés
dans le son inconnu
que dispensent les autres
impossible de s’adapter
à ce qui n’a de sens
que celui qu’il n’a plus


II

il y a
des moments où
dansent les questions où
rien ne parle plus où
chaque mouvement
devient une imposture


III

je ne tenterai pas de comprendre
ni de vous expliquer
ce que je ne peux dire
quand les idées se compénètrent
à l’intérieur de ma tête


IV

absent
je ne sais pas
si j’ai su tout cela


V

je ne te verrai plus
comme je ne vois pas
cette eau entre mes mains
le vide de mes yeux
et j’oublierai ton corps
renversé sur mon siège
il n’y aura plus de sang
il n’y aura plus de lame
et j’oublierai encore
les bras tendus miroir brisé
- j’y enfouirai mon âme

*

Reflet, tu pleures
je ne parlerai
plus.
FacebookPDF