Les cerisiers du mois de Mai

Louise Drompt

Les fins d’après-midi des dimanches du mois de Mai
Vers 17 heures, quand flotte dans l’air chaud
Le pollen parfumé des cerisiers en fleurs.
Sur ta chemise le feuillage et ses ombres dansantes
Sur ma main, la tienne
Au creux de tes côtes, ma tête.

Les fins d’après-midi des dimanches du mois de Juin
On aurait enfin pu goûter aux cerises
Cachés sous l’arbre immense
Envoûtés par l’ombre dansante de ta chemise.

Venu un matin,
A l’aube rose,
Sans rien, sans prose,
Tes pas sur le sentier au loin
Noyés dans un silence sans fin.

Depuis, sous notre cerisier du mois de Mai,
S’en va parfois souvent revient
Mon chagrin printanier.
Il me chante tout bas
Que tu as trouvé autre âme
Avec qui passer les dimanches à se baigner
Les paupières de lumière blanche
Sous les amandiers du mois de Juillet.
FacebookPDF