Le regard fixe des enfants

Florian Stresemann

J’ai le regard fixe des enfants
Lorsqu’après ses épaules
Je vois ses cheveux qui se défont
Je la vois fixe et pâle.

Je la vois qui me laisse la mort
De sa vie qui me laisse
Le regard fixe, pâle et amer
De ma vie qui la lasse.

La la la chante-t-elle en cadence
Je m’en vais, à jamais ! et laisse dans la danse

Pour ce regard fixe et défunt
Le nuage impossible
De mon existence de parfum.

Je m’en vais à jamais et laisse dans la danse
La splendeur du départ et la peur de la fin.
FacebookPDF