Le Bruit du Sable

Rafaël Deville

Ça commence tout doucement - un souffle presque humain - et les grains avancent, tombent, glissent, s’envolent un à un et cela fait comme un chant de bâton de pluie miniature un chant doux et rond, comme des milliers de gouttes de pluie de roche très fines qui se catapultent les unes contre les autres cependant que le vent forcit et le son devient tout autre presque métallique une bourrasque - c’est le summum l’acmé de l’immense craquement du sable tout autour de soi alors que le vent danse sur le visage et que les grains viennent battre les yeux le nez la bouche c’est une drôle de symphonie avec les vagues qui ne finissent jamais de mourir qui meurent tout le temps et jamais à la fois et le vent souffle les grains et c’est le bâton de pluie infernal qui recommence qui prend tout qui s’immisce dans chaque recoin de ton corps comme un moment suspendu qui douloureux car le sable râpe devient fabuleux une fois qu’il se termine.

le sable entre les choses vit
danse sous le vent dans un fracas
de pluie de roches
qui brûle la peau
course à l’abris sous le soleil cuisant
les nuages filent
le vent s’éteint
les vagues grondent
FacebookPDF