La Meute

Fabio Mottolini

Elle se comporte comme une nuée,
aux armes, aux bras, florilèges,
Elle vomit en carcan solide d'un éclat vénéneux
les chaines, les pourpres et les miasmes.

C'est une trainée de guano,
C'est un glissant d'émoi.

Les ailes rabattues, les griffes crochées.

Une foule étourdie, hypnotisée.

L'oreille inquiète d'un sonar désorienté,

lovée dans le ronflement grave d'une perdition,
dans le germe affligeant de la meute.

Foule imbécile, concaténée en un ramassis exigu,

contenue dans le mensonge pâle du groupe,
Voici l'itinéraire sacré du pipistrelle.
FacebookPDF