Éclipse

François Murith

Liban
Chaos debout
Valse d’argent et de vies consumées
Au port des banqueroutes.
Hommes-vautours, mains lavées,
D’autres, yeux enflés.

Collines
Déserts ailleurs
Piège fanatique refermé tant de fois
Sur des victimes innocentes.
Hommes-loups, fable sanglante,
D’autres, proies d’une réalité cruelle.

Masque
Mèches grotesques
Pouvoir aveuglé et bêtise abattue
Sur des peuples en fripes.
Hommes-clowns, discours baveux,
D’autres, sans voix.

Rendez-vous
Eux ensemble
Moments envoûtés et chaudement suspendus
Sur le froid de ces maux obscènes.
Elle, lueur bienvenue,
Lui, traqueur de lune.
FacebookPDF