Des vers se mentent

Leïla Dorsaz

À cisailler la façade
Tu expires
L’œil à demi-clos

On s’avance
De balcon en balcon
On ruisselle
L’ombre au talon

Je déniche,
À peine caressées,
Je déchiffre,
À peine frictionnées,
Par la dualité du jour,

Quelques fenêtres

Dont la pénombre n’a
Su
Avoir raison

Déjà
Picotée d’ailes furtives

La
Lumière
Nous échoit
FacebookPDF