Chant des fourmis et de l´Acacia

Rémi Sudan

I – Fourmi
Ô Humains ! Je suis jumelle de la nature !
Protectrice de la vie, sa vraie signature !

Faites-en de même ignorantes créatures !
Soyez les frères matures de ses pâtures !

Je suis le parangon de l'entraide cordiale,
Suivez-moi dans ma promenade primordiale !

II – Fourmi
L'Acacia de Tanzanie est mon proche ami,
Il est mon Eden et je suis son tsunami
Le purifiant sans relâche à chaque ressac.

Seul, il serait vulnérable à tout quolibet,
Le long de ses pics, il sentirait le gibet.
Mais je suis sa gardienne, il m'offre son hamac.

III – Fourmi
Toutes intrusions en sol privé et gardé
Sont vite repoussées ; le truand canardé
S'enfuit devant le sceptre de notre tumulte.

Grâce à la force du nombre à coup sûr glorieuse,
Nous maintenons la paix de la plante rieuse.
D'ailleurs, nous vieillirions en cafards sans ce culte.

IV – Acacia
Mais tout a un prix, ça vous le savez humains !
Oh ! Ancrez-vous dans le présent, les lendemains
Sont infinis. Ne vendez pas votre confiance !

Le mutualisme est l'olivier de notre astre,
Prenez-en exemple ivres graines du désastre !
Oh ! Réveillez-vous ! Effacez toute méfiance !

V – Acacia
Mes gardiennes de la paix le font avec cœur,
– là aussi, apprenez – il n'y a de rancœur.
En contrepartie, je leur ouvre ma cocagne.

Des abris pour leurs larves entre mes épines ;
Du nectar qui coule de mes sources alpines
Et l'ambroisie orangée qui les accompagne.

VI – Acacia et fourmis en chœur
Instruisez-vous ! Faites-en de même confrères !
Vivez avec les broussailles irrégulières,
Avec les sapins des montagnes, – tous ensemble –

Avec les fleurs des prairies et tous les sous-bois !
Cohabitez ! L'humanité est aux abois !
Redevable, la nature jamais ne tremble !
FacebookPDF