Amoureux Sauvages

Patrick

Trop de tendresse dans ses yeux
Et ses lèvres ensanglantées
De tant les mordre, monsieur
Entre des cris de châteaux hantés

Plusieurs plaies le long du dos
Donnent à l’idée les plus grands félins
J’entends les ronronnements de plaisir
Qui nous bercent, moi et mes rêves incertains

Ainsi tant de maladresses
Bercées par des sourires
Dans mes semblants de soupirs
Que font trembler mes souvenirs

Je m’en rappellerai encore
Peu importe ma vie, peu importe mon âge
Je me souviendrai toujours de nous deux
Toi et moi, Amoureux Sauvages.
FacebookPDF