L'amour est masculin

Vincent Forget

Il et il enfiévrés de vin, enfiévrés d'un rien, d'une main, d'un matin
Qui trop vite arrivé, surprendra deux corps nus ;
Mus de désirs incertains.

Amants dans la nuit noire,
au jour nouveau que seront-ils ?

Quel beau chemin choisi des Moires
emprunteront-ils ?

Réminiscence entière des lèvres de son désir.
La douceur de son sexe : le nouvel élixir ?

Un geste, un souffle, un cri,
ainsi s'achève le tendre tourment divin.

Surgit alors la sève de ce fruit
ruisselle dans sa gorge à l'instar du vin.
FacebookPDF