Histoire

Raf

Entre le temps où l'on jouait au foot en évitant les dinosaures et la révolution mondiale que fut internet, il y eut un petit temps de flottement très court. Si tu connais un très vieil historien, il y a des chances que tu saches qu'avant le Wi-Fi, pléthores d'idioties avaient une existence propre. Même si parfois, le comprendre était un défi pour la décence, la tranquillité d'esprit et le triomphe de la raison.

En ces temps reculés la philosophie n'avait rien à voir avec WhatsApp et consorts. Si Frankenstein n'a pas théorisé la vitesse luminique, c'est justement parce que le Messenger de Mary Shelley n'existait pas encore. Si Dracula ne triangulait pas son amour à la Twilight, ce n'est pas parce que Bram Stoker avait grillé son crédit prépayé, il n'avait pas de forfait. Quelle forfaiture, un scandale !

Le monde était en perdition et les esprits malsains qui le peuplaient n'avaient pas l'air de s'en rendre compte. Les indices boursiers se lisaient sur papier noirci à l'encre. Ancêtre direct de ce que tu as sous les yeux.
L'infamie la plus pure soulageait les petites gens de leurs pauvres économies au bénéfice d'ignobles services postaux surtaxés.
Durant cette époque de forte décadence, la radio faisait la loi. Les batteries étaient représentées par un lapin rose relativement flippant, assez pour être repris par les habiles concepteurs de la franchise « Silent Hill ».

Les messageries n'étaient ni vocales, ni électroniques. Les contacts se voulaient câblés. Combien de suicides et de meurtres furent commis avec un cordon téléphonique ?
Je ne saurai calculer ce taux aberrant que lorsqu'une application sortira, lorsque le devoir de mémoire en fera sentir le besoin. La peur me gagne lorsque j'y pense. J'ai vécu cet enfer et m'en suis sorti avec une chance insolente, croyez-le.

Les légendes actuelles sont téléchargeables gratuitement, avec un peu de pub, sur le « store » de votre choix. Tablettes et portables font la loi, les commandements virtuels sont bien plus que dix.
Fort heureusement, l'on ne se saigne plus l'âme, doigts noircis par une plume à bec et crampes sur crayons. Les taches de stylo sont de l'histoire ancienne. Les taches c'est la vie, au grand air notamment. Bientôt il n'y en aura plus, de l'air, il sera cramé par un incendie sans précédent, nous en prenons le chemin.

Et nous... nous serons heureux, connectés, assistés, à l'abri de la vie.
FacebookPDF