Bla-bla Blues

J. Clément

- Yves, au secours ! Ton clin d’œil bleu me fait mal aux yeux !
Déjà, mes paupières officient dans le clos Majorelle, où Jacques a dit : « Ici, il faut choisir entre la veste et le pyjama ! »
L’International marchand de sable Bleu du Sahara, de guerre lasse, impair et passe, vient de passer. Même si j’aime vos Bleus, ils me font mal à l’âme.
Ne me contredira pas Françoise, Sa gamberge lui dévorant le bec et ses yeux de soie, de femme trop
fardée, le miroir égaré au fond du lit défait. Elle, si gentille, se tortille, vacille et sombre dans les fougères où il fait bleu-vert, jour et nuit, comme dans les yeux de Mademoiselle Chanel.
La dame, raffinée et polie, dit :
- Bonjour Tristesse !
- Aimez-vous Brahms ?
La dame a de la fantaisie aussi.
- Et... Un peu de soleil dans l’eau froide ?
La femme diaphane sourit, mêlant coliques, et euphories.
Là, j’y crois tellement que, dans la scène, je me jette et je m’y noie. L’avais-je bien rêvée ? Au fond, c’est fou comme ces doutes et ces couleurs font d’eux trois, et de moi, maintenant, d’Êtres si fragiles.
Au fond des rêves... c’est fou ! Personne ne devrait dire : « Ici, il faut choisir entre... »
FacebookPDF